SYRIE: La guerre contre Daech est-elle vraiment terminée ? (2/2)

SYRIE: La guerre contre Daech est-elle vraiment terminée ? (1/2)
mai 21, 2019
Les droits de l’Homme, un concept menacé dans les pays de l’UE
juin 4, 2019

SYRIE: La guerre contre Daech est-elle vraiment terminée ? (2/2)

ZONE MOYEN ORIENT

Une nouvelle stratégie pour Daech : entre nouveaux territoires et repli

Malgré sa défaite physique, Daech continue d’opérer et d’occuper le terrain dans la zone irako-syrienne. En effet, dès ses premières défaites, l’OEI s’est retourné vers des tactiques qu’elle avait précédemment utilisées : méthode d’insurgé et combat de guérilla.

Bien que les opérations de Daech diminuent, les chiffres des attaques démontrent bien que l’organisation est toujours présente en Syrie et en Irak puisque durant les premiers mois de l’année 2018, 1 271 attaques attribuables à l’organisation étaient recensées. De plus le Pentagone estimait à 30 000 combattants les effectifs au sein du groupe. Enfin, une étude de 2018 indiquait que la nouvelle stratégie de Daech pouvait être résumée en trois mots : “sahraa” (desert), “sahwat” (opposant aux sunnites) et “sawlat” (opérations de harcèlement). L’idée est donc de revenir à ce qui a fait le succès militaire de l’organisation. En outre, l’OEI cherche à s’exporter. Sa propagande insiste particulièrement sur ses actions en Afghanistan, en Egypte ou encore au Yémen. Cette internationalisation est notamment mise en oeuvre par le transfert de cadres, de combattants, et de fonds pour tenter de s’implanter dans d’autres zones et d'y répliquer le califat syro-irakien.

Parmis les nouvelles zones d’implantations de l’OEI se trouve notamment la région du Khorasan [1]. Antonio Giustozzi décrit précisément dans son ouvrage Daech au Khorasan [2] comment l’organisation cherche à s’étendre vers de nouveaux territoires. Des combattants afghans et pakistanais furent envoyés en Syrie et en Irak. Suite à la défaite territoriale de Daech, ceux-ci sont rentrés avec des formateurs arabes en zone pakistano-afghane. Afin d’assurer une cohérence idéologique et structurelle, Abou Baker Al-Baghadi a aussi envoyé trois représentants spéciaux : Qari Wali Rahman, Abu Yasir Al-Afghani et Abu Hamza Al-Khorasani.

En parallèle de ces envois d’hommes, plusieurs commissions sont mises en place avec le souci d’une certaine professionnalisation. Le financement de Daech-Khorasan se chiffre en dizaines de millions de dollars par an et provient essentiellement de trois sources : taxes, transfert de fonds de Daech-central et dons. Ce nouveau développement dans l’extension territoriale de Daech inquiète particulièrement les pays d’Asie centrale mais surtout la Russie.

Enfin, plusieurs autres organisations similaires agissant sur d’autres territoires ont prêté allégeance à Daech. Ce fût notamment le cas de Boko Haram qui le 7 mars 2015 déclara son adhésion à la mouvance de l’OEI. Nombreuses sont les attaques hors zones irako-syriennes revendiquées par l’OEI. C’est particulièrement le cas dans la zone du Sahel, avec l’Etat Islamique au Grand Sahara dirigé par Adnan Abou Walid Sahraoui et qui a prêté allégeance à l’Etat islamique en 2015 également.

Plus récemment les attentats qui se sont produits au Sri Lanka ont aussi été revendiqués par l’OEI. S’il reste difficile de vérifier la véracité des différentes revendications et la force des liens qui unissent Daech aux groupes qui lui ont prêté allégeance, il faut cependant noter que l’idéologie défendue par l’OEI est toujours bien présente et vivace.

 

Quel avenir pour le djihadisme ? Al-Qaïda et Daech après le califat (IFRI)

 

La guerre d’idéologie : un nouveau terrain

Un des enjeu principal de Daech est la conquête territoriale par opposition à l’idéologie d’Al Qaïda qui était de lutter contre un ennemi lointain et abstrait : l’Occident. Lors de la conquête des territoires en zone irako-syrienne, l’organisation de l’Etat Islamique a cherché à “s’étatiser”. En revendiquant le titre de calife le 29 juin 2014, Abou Baker Al-Baghdadi se présente comme le successeur du prophète Mahomet et ainsi comme celui détenant le pouvoir spirituel et temporel sur l’ensemble de la communauté des musulmans (l’oumma).

Afin d’obtenir une plus grande légitimité, l’Etat Islamique, a, lors de son apogée imposé les symboles de l’Etat sur les territoires qu’il contrôlait. Le premier de ces symboles fût le drapeau. Par la suite, un réseau judiciaire est installé. Il est constitué de juges religieux (les Qadis) qui applique une vision salafiste de la Charî’a. Des conseils de consultations rassemblant différents représentants locaux (représentants du calife, des tribus, notables locaux) existent aussi pour la gestion de la vie quotidienne. En outre un système fiscal avait été développé. Daech possédait aussi une armée, des ressources (notamment le pétrole) et un territoire. L’organisation a même été jusqu’à battre monnaie et distribuer de nouvelles cartes d’identité. Tous ces éléments lui ont parfois valu l’appellation de proto-Etat. Il est donc clair que l’objectif était de créer un Etat musulman sunnite dont le destin n’était plus décidé en fonction du découpage fait par les accords Sykes-Picot après la première guerre mondiale.

Bien que la propagande de l’organisation soit moins présente, celle-ci existe toujours malgré la défaite militaire militaire. Elle avait permis de recruter de nombreux combattants étrangers en mettant en avant l’idée d’un “paradis pour les croyants” mais pas uniquement. Les vidéos de recrutement s’appuyait aussi sur la vision du héros ainsi que la peur du rejet. Afin de savoir si l’Etat islamique serait aujourd’hui en capacité de se remobiliser et de recommencer un processus de recrutement à l’étranger, il convient de s’intéresser à ce qui motivait les recrues à partir combattre en zone irako-syrienne. Nombreuses sont les études qui s’intéressent à la radicalisation, celles-ci sont parfois contradictoires. Cependant il est certain qu’il n’existait pas de “profil type” et que l’organisation s’appuyait sur les insécurités des populations présentent sur son territoire.

Après avoir gagné la guerre, il convient donc de conquérir la paix afin que la Syrie et l’Irak ne soient plus des terreaux fertiles pour ce type d’organisation.

 

Source : AFP

 

La conquête de la paix

“C’est simple de gagner des territoires pendant une guerre. Surtout si vous avez de votre côté de solides alliés. Mais gagner la paix c’est un tout autre défi” déclarait Stefan de Mistura l’émissaire de l’ONU pour la Syrie le 22 novembre 2018 lors de la conférence Med du 22 novembre 2018.

Il serait inconscient de penser que le recul territorial de Daech est synonyme de retour à la normale. Il faudrait pour cela que Daech soit extérieur à l’Irak et la Syrie et que les deux pays ne soient pas en proie à des rivalités politico-ethnico-religieuses. Or les conflits qui ont touché la zone irako-syrienne ces dernières années se sont inscrit sur fond de crise sociétale remettant en cause l’ordre politique en place. En outre, de nouvelles puissances ont fait leur émergence sur ces territoires : la Russie, l’Iran et la Turquie sont très impliqués dans cette zone.

La Syrie est aujourd’hui dans une impasse puisque les acteurs du conflit ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le rôle que devra avoir le Président Bachar Al-Assad dans le futur de son pays.

Enfin la question des populations kurdes va refaire son apparition dans la géopolitique de la région 100 ans après le découpage du Moyen-Orient. Or, contrairement à l’année 1920, les kurdes ont été des alliés de la coalition, pourtant ni le gouvernement syrien ni le gouvernement irakien ne semblent prêt à leur donner ce qu’ils revendiquent depuis un siècle : un Etat et un territoire.

Les nombreuses années de guerre ont eu de nombreuses répercussions économiques et sociales. Au début de l’année 2017, un rapport de la Banque mondiale estimait qu’environ un tiers de tous les immeubles et près de la moitié de tous les bâtiments scolaires et hospitaliers de Syrie avaient été endommagés. Ces destructions ont également engendré des pertes économiques énormes ainsi que le plus grand déplacement de population depuis la Seconde Guerre Mondiale.

Côté irakien, un an après les élections présidentielles, le nouveau président Barham Salah venait s’exprimer à l’Ifri où il faisait part de l’énorme défi auquel son gouvernement allait devoir s’atteler : une reconstruction longue et difficile afin de ne pas retomber dans les méandres d’un conflit de longue durée.

Pour conquérir la paix il faudra donc être patient et oeuvrer à la reconstruction des infrastructures mais aussi des corps et des âmes.


Notes

[1] Le Khorasan désigne : l’Afghanistan, le Pakistan, l’Asie centrale, l’Iran et une partie de l’Inde ainsi que de la Russie

[2] Antonio Giustozzi, The Islamic State in Khorasan, C.Hurst&Co, 2018

Bibliographie

Articles de recherche :

Aaron DAVID MILLER et Richard SOKOLSKY, Trump’s critics say leaving Syria mean we lose. We already did., 21 décembre 2018, Washington Post, Carnegie Endowment for International Peace Disponible sur : https://carnegieendowment.org/2018/12/21/trump-s-critics-say-leaving-syria-means-we-lose.-we-already-did-pub-78028

Joseph BAHOUT, Trump leaves Syria. What next ? 20 décembre 2018, Carnegie Endowment for International Peace Disponible sur : https://carnegieendowment.org/2018/12/20/trump-leaves-syria.-what-happens-next-pub-78017

Michael KNIGHTS, The Islamic State Inside Iraq: Losing Power or Preserving Strength?, volume 11, issue 11, décembre 2018, CTC Sentinel, Combating Terrorism Center Disponible sur : https://ctc.usma.edu/islamic-state-inside-iraq-losing-power-preserving-strength/

Marc HECKER, Analyse de l’ouvrage d’Antonio Giustozzi, The Islamic State in Khorasan: Afghanistan, Pakistan and the New Central Asian Jihad, 6 mars 2018, Politique Etrangère Disponible sur : http://politique-etrangere.com/2019/03/06/the-islamic-state-in-khorasan/

Marc HECKER et Elie TENENBAUM, Quel avenir avenir pour le djihadisme ?, Al-Qaïda et Daech après le califat, janvier 2019, IFRI Disponible sur : https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/fs87_hecker_tenenbaum.pdf

Corentin DENIS, L’Etat islamique en carte, 11 novembre 2014, Les Clés du Moyen-Orient Disponible sur : https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-Etat-islamique-en-cartes.html

Claire PILIDJIAN, A l’heure de la bataille décisive contre Daech, retour sur les origines de l’Etat islamique en Syrie, 13 mars 2019, Les Clés du Moyen-Orient Disponible sur : https://www.lesclesdumoyenorient.com/A-l-heure-de-la-bataille-decisive-contre-Daech-retour-sur-les-origines-de-l.html

Claire PILIDJIAN, Entretien avec Pierre-Jean LUIZARD-Le régime de Damas a-t-il gagné en Syrie, 18 mars 2019, Les Clés du Moyen-Orient Disponible sur : https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Pierre-Jean-Luizard-Le-regime-de-Damas-a-t-il-gagne-en-Syrie.html

Anne-Lucie CHAIGNE-OUDIN, Entretien avec Pierre-Jean LUIZARD-Des racines historiques à la faillites des Etats : comment l’Etat islamique (EI) est monté en puissance, 24 novembre 2015, Les Clés du Moyen-Orient Disponible sur : https://www.lesclesdumoyenorient.com/A-relire-en-lien-avec-l-actualite-Entretien-avec-Pierre-Jean-Luizard-Des.html

Didier BILLION, Daech n’est pas mort, le djihadisme non plus, 25 mars 2019, IRIS Disponible sur : https://www.iris-france.org/134040-daech-nest-pas-mort-le-djihadisme-non-plus/

Karim PAKZAD, Irak : première élections depuis la chute de Daech, fondamentales pour la reconstruction du pays, 17 mai 2018, IRIS Disponible sur : https://www.iris-france.org/112781-irak-premieres-elections-depuis-la-chute-de-daech-fondamentales-pour-la-reconstruction-du-pays/

Articles de presse :

Allan KAVAL, De l’Irak à la Syrie, aux origines de l’Etat islamique, 23 juillet 2014, L’Orient XXI Disponible sur : https://orientxxi.info/magazine/de-l-irak-a-la-syrie-aux-origines-de-l-etat-islamique,0639

Joseph BAHOUT, En Syrie, le retrait américain exacerbe les incertitudes, 26 décembre 2018, L’Orient XXI Disponible sur : https://orientxxi.info/magazine/en-syrie-le-retrait-americain-exacerbe-les-incertitudes,2831

VMarc CHER-LEPARRAIN, La guerre sans fin contre le terrorisme, 29 septembre 2014, L’Orient XXI Disponible sur : https://orientxxi.info/magazine/la-guerre-sans-fin-contre-le-terrorisme,0693

FAkram BELKAÏD, En Syrie, une issue politique bien incertaine, Décembre 2015, Le Monde Diplomatique Disponible sur : https://www.monde-diplomatique.fr/2015/12/BELKAID/54365

Laurent BONELLI et Fabien CARRIE, En finir avec quelques idées reçues sur la radicalisation, Septembre 2018, Le Monde Diplomatique Disponible sur : https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/BONELLI/59014

Hélène SALLON, Elvire CAMUS et Feriel ALOUTI, Chronologie : Du soulèvement populaire au conflit international, 7 ans de guerre en Syrie, Le Monde Disponible sur : https://www.lemonde.fr/proche-orient/visuel/2016/03/15/du-soulevement-populaire-au-conflit-international-cinq-ans-de-guerre-en-syrie_4882825_3218.html

Service international du Monde, Coalition contre l’EI : qui participe et comment, 19 février 2015, Le Monde Disponible sur : https://www.lemonde.fr/international/article/2015/02/19/coalition-contre-l-ei-qui-participe-et-comment_4579689_3210.html

Sites gouvernementaux :

Opération Chammal, Dossier de présentation, Ministère des Armées Disponible sur : https://www.defense.gouv.fr/operations/chammal/dossier-de-presentation/operation-chammal

Opération Chammal, Chronologie, Ministère des Armées Disponible sur : https://www.defense.gouv.fr/operations/chammal/chronologie/chammal-retour-sur-les-dates-cles-de-l-intervention-militaire-francaise-au-levant

Comprendre l’Après-Daech, Article interaxions, SCRS et DGSE, Atelier, 16 février 2017 Disponible sur : https://www.defense.gouv.fr/english/dgse/tout-le-site/comprendre-l-apres-daech

Communiqué de presse :

Les dégâts provoqués par la guerre en Syrie sont massifs, mais le pire est probablement à venir, 10 juillet 2017, Banque mondiale Disponible sur : https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2017/07/18/the-visible-impacts-of-the-syrian-war-may-only-be-the-tip-of-the-iceberg

Conférence :

Allocution de S.E.M Barham Saleh, Après Daech, un nouvel Irak, Conférence IFRI Disponible sur : https://www.ifri.org/fr/espace-media/videos/apres-daech-un-nouvel-irak-video-de-conference-autour-de-sem-barham-saleh

Vidéos :

Syrie, huit ans de guerre, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/RC-013876/syrie-huit-ans-de-guerre/

Syrie, les plaies du califat, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/085892-000-A/syrie-les-plaies-du-califat/

Irak, la guerre du feu, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/074119-000-A/irak-la-guerre-du-feu/

Syrie : Daech dernier front, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/083807-000-A/syrie-daech-dernier-front/

Syrie : Raqqa une vie après Daech, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/081793-000-A/syrie-raqqa-une-vie-apres-daesh/

Irak : le jeu trouble des milices, Arte reportage Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/087210-000-A/irak-le-jeu-trouble-des-milices/

La Bataille de Mossoul, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/071221-000-A/la-bataille-de-mossoul/

Ziad Majed-Syrie : Bachar Al-Assad a-t-il gagné ? Les Experts du dessous des cartes, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/087276-008-A/ziad-majed-syrie-bachar-el-assad-a-t-il-gagne/

Gérard Chaliant-La fin de Daech ? Les Experts du dessous des cartes, Arte Disponible sur : https://www.arte.tv/fr/videos/085697-009-A/gerard-chaliand-la-fin-de-daech/

L’Irak, l’Etat islamique, les filières djihadistes, Médiapart Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=Q7oiCAC0ejo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *